Conseils pour bien grandir

Conseils pour bien grandir
Parce que devenir maman est un grand moment dans la vie d’une femme, votre pharmacien vous accompagne à toutes les étapes du développement de votre bébé.
LA GROSSESSE

LES MAUX DE LA GROSSESSE
Nausées, vomissements, dégout de certains aliments
Ces symptômes touchent la moitié des femmes enceintes, elles vont heureusement diminuer vers la fin du 1er trimestre de la grossesse. N’hésitez pas à vous lever doucement le matin, à manger peu mais régulièrement. Ne restez pas le ventre vide ! Mangez ce qui vous fait envie et évitez les odeurs qui vous écoeurent. Enfin, privilégiez les féculents et les légumes, sources de vitamines, et évitez les fromages trop faits et les plats riches en matières grasses.

Constipation et hémorroïdes
Les modifications hormonales qui ralentissent le transit intestinal ainsi que la pression exercée par bébé sur le rectum peuvent entrainer une constipation et l’apparition d’hémorroïdes. Rien de tel qu’avoir une alimentation riche en fibres (légumes cuits et crus, fruits et laitages). Buvez aussi de grands verres d’eau, en particulier le matin au réveil. Enfin, un peu d’exercice physique tel que la marche ou la natation faciliteront le travail de l’intestin.

Jambes lourdes
La dilatation des veines liée à l’imprégnation hormonale et la pression exercée par bébé peuvent entrainer des douleurs au niveau des jambes. Marchez environ 30 minutes par jour et surélevez les pieds de votre lit. Le soir ou quand vous en ressentez le besoin, passez un filet d’eau froide sur vos jambes et ne restez pas debout trop longtemps à piétiner.Votre pharmacien peut vous conseiller des collants de contention.

LE DIABETE GESTATIONNEL
Le diabète gestationnel est particulier : il débute avec la grossesse et disparaît le plus souvent après l’accouchement. Les principaux facteurs de risque sont le surpoids, les antécédents diabétiques familiaux, le diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse, avoir eu des enfants pesant plus de 4 kg à la naissance ou encore avoir une grossesse survenant à un âge tardif (plus de 35 ans).

Quels sont les risques pour mon bébé ?
Le sucre passe facilement chez le foetus, à travers le placenta. En réponse, l’enfant va sécréter de l’insuline, ce qui va le faire grossir (stockage des graisses). C’est un phénomène qui peut poser des problèmes au moment de l’accouchement. Quant au risque de malformations, il existe mais reste plus faible dans le cadre d’un diabète gestationnel. L’enfant n’aura pas plus de risque de devenir diabétique qu’un autre enfant. Le risque principal pour votre enfant est de présenter une hypoglycémie à la naissance. Tout rentre dans l’ordre très vite.

Comment suivre et traiter mon diabète gestationnel ?
L’AutoSurveillance Glycémique permet de connaître immédiatement votre glycémie. Différents traitement existent en fonction du votre cas :
• Diététique : équilibrer l’alimentation en limitant la prise de poids pour faciliter l’action de l’insuline.
• Insuline : si la diététique ne permet pas à elle seule d’atteindre les objectifs glycémiques, il faut recourir à l’insuline.
• Activités physiques : la marche, la natation, l’aquagym ou la gymnastique douce.


L’ALIMENATION DE BEBE

L’ALLAITEMENT ET  LE SEVRAGE
De la naissance jusqu’à 4-6 mois, c’est la période de l’alimentation lactée exclusive jusqu’à la diversification alimentaire.

Allaiter son bébé
Le lait maternel est préconisé et recommandé pour nourrir son bébé car il apporte les éléments nutritifs indispensables à sa croissance. Vous devez manger de tout et surtout boire régulièrement (au moins 2 litres d’eau par jour). Privilégiez les aliments qui apportent des protéines et du calcium ainsi que des produits frais. Ne sautez pas de repas. Il est fortement déconseillé de fumer et de consommer de l’alcool.

Un sevrage en douceur…
Il est important de prendre son temps (prévoyez idéalement 1 mois). Tous les 2 à 4 jours, supprimez une tétée en la remplaçant par un biberon de lait infantile, cela permettra d’éviter l’engorgement de vos seins. En premier, supprimez la tétée de l’après-midi puis celle du midi, du soir et enfin celle du matin, la plus abondante.


LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE DE 4 MOIS À 1 AN
La diversification alimentaire débute entre 4 et 6 mois et progressivement jusqu’à l’âge de 3 ans. Elle correspond au passage d’une alimentation 100% lactée à une alimentation variée autre que le lait. La diversification, 3 grandes étapes :

Entre 4 mois (révolus) et 8 mois
• Continuez le lait maternel ou le lait infantile (1er ou 2ème âge) dont la quantité diminue peu à peu jusqu’à atteindre 500ml/j (en 2 biberons) à partir de 8 mois.
• Introduisez des légumes dans le biberon de lait ou en complément de la tétée ou à la petite cuillère : haricots verts, épinards, courgettes, blanc de poireaux, carottes. Evitez dans un premier temps les légumes qui peuvent donner des gaz (salsifis, artichaut, navet, choux). A midi et/ou le soir.
• Introduisez les fruits 15 jours après avoir introduit les légumes. Ils doivent toujours être cuits, sous forme de compote et sans sucres ajoutés. Un seul fruit par jour en complément du lait. A privilégier : poire, pomme, pêche, banane, abricot.
• Apport de protéines à partir du 5ème mois : viande et poisson et après le 7ème mois, les œufs. De 5 à 7 mois, 1 cuillère à café et à partir de 7 mois, chaque jour 10 gr soit 2 cuillères à café de viande ou de poisson mixés ou mélangés à la purée de légumes ou ¼ d’oeuf dur. Chez les enfants prédisposés aux allergies, il est préférable de ne donner le blanc de l’oeuf qu’après 1 an.
• Les matières grasses à partir du 7ème mois : à ajouter aux légumes, purées et soupes. Evitez les fritures, une noisette de beurre ou une cuillère à café d’huile par jour suffit.

Entre 9 et 12 mois
Votre enfant est capable de tenir sa cuillère et souhaitera peu à peu manger tout seul.
C’est l’apparition des 1ères dents !
• Lait maternel ou lait infantile 2ème âge, 500 ml/jour (matin et au goûter). Vous pouvez donner un yaourt ou un fromage blanc spécial « bébé » à la place du lait au goûter.
• Des fruits et des légumes chaque jour : en purée, en compote, en petits morceaux ou sous forme de petits pots.
• Les féculents : pomme de terre en petits morceaux, des petites pâtes, vermicelles, riz, tapioca.
• Des portions plus importantes de protéines : 20 gr de viande ou de poisson mixés (4 cuillères à café) ou un ½ oeuf dur par jour.

A partir de 12 mois
Votre enfant ne doit pas encore manger comme les plus grands. Les quantités d’aliments doivent toujours être adaptées à son âge et à son rythme selon les conseils de votre médecin.
• Le lait de croissance (500 ml/j) est adapté pour cet âge.
• Le déjeuner et le dîner se composent de légumes et/ou de fruits, de laitages pour bébé et d’aliments céréaliers comme le pain, les féculents, les céréales infantiles. Viande, poisson ou oeuf ne sont donnés qu’une fois par jour (30 gr mixés ou 6 cuillères à café). Vous pouvez introduire les crudités et les fruits crus.
• Au petit-déjeuner et au goûter : lait de croissance (ou aliment lacté pour bébé), du pain (ou des céréales infantiles) et un fruit (ou une compote pour bébé).
Tout au long de ces étapes, apprenez à votre enfant à boire de l’eau.

Enfin en cas d’antécédents d’allergie alimentaire ou de signes d’allergie identifiés par votre médecin, la diversification alimentaire pourra être repoussée à 6 mois révolus et certains aliments allergisants au-delà de 1 an (œuf, kiwi, céleri, moutarde, épices, arachide…).


LES MAUX DE BEBES

SOIGNER ET SOULAGER BÉBÉ
Mon bébé a des coliques
Il pleure, s’agite, souffre de ballonnements et émet des gaz, surtout en fin de journée. Les coliques sont fréquentes avec un pic à l’âge de 6 semaines et disparaissent en général vers le 4ème mois.
Si vous allaitez, vérifiez que votre bébé avale le moins d’air possible et faites-lui bien faire son rot pendant et après la tétée pour évacuer l’air avalé. Si vous lui donnez le biberon, remplacez votre lait infantile habituel par une formule adaptée aux ballonnements. Sa teneur réduite en lactose facilite la digestion.

Mon bébé a un rhume
Avant l’âge de 2 ans, les tout-petits sont souvent sujets au rhume. Leur système immunitaire est encore immature et ils sont donc sensibles aux virus. Pour laver et déboucher le nez, pensez au spray d’eau de mer pour nourrisson ou au sérum physiologique avec seringue, 2 à 3 fois par jour, en vous aidant éventuellement d’un mouche-bébé. Donnez-lui souvent à boire. Si vous l’allaitez, proposez-lui régulièrement de téter. Relevez la tête de son lit et aérez sa chambre qui ne doit pas être trop chauffée (environ 20°C) et suffisamment humidifiée.

Mon bébé régurgite
Juste après le biberon, parfois lorsqu’il fait son rot, le bébé expulse très soudainement et sans effort une petite partie du contenu de son estomac. Ce phénomène indolore, très fréquent chez les nourrissons est principalement dû à l’immaturité de leur tube digestif. Ne lui faites pas prendre de repas trop abondants, fractionnez-les si besoin et ne couchez pas votre nourrisson immédiatement après la tétée ou le biberon. Eventuellement, donnez un lait infantile épaissi ou un lait anti-régurgitation pour réduire les remontées du repas dans l’oesophage.

Mon bébé souffre de diarrhées
Les diarrhées peuvent être provoquées par un virus ou certaines bactéries. Ces diarrhées entraînent rapidement une perte d’eau et de sels minéraux. Il est donc important de réhydrater votre bébé dès les premiers signes avec un soluté de réhydratation orale que vous pouvez vous procurer en pharmacie. De façon transitoire, remplacez votre lait infantile par une formule adaptée à la réalimentation de votre enfant pendant l’épisode diarrhéique. Si vous allaitez, vous pouvez continuer, tout en surveillant votre bonne conduite alimentaire. Limitez notamment votre consommation de fruits, crudités ou légumes verts.

Mon bébé est constipé
Si vous observez des selles moins fréquentes, dures et sèches comme des petites billes, veillez à bien hydrater votre bébé. Si vous allaitez, buvez plus fréquemment de l’eau, éventuellement enrichie en magnésium. Si vous donnez le biberon, remplacez votre lait infantile par une formule « Transit ». Ces laits sont riches en lactose, ce qui permet d’augmenter le volume des selles et de les ramollir.

Pour plus d'informations, consultez notre guide complet «  Guide conseils pour bien grandir » ou rendez-vous en pharmacie pour des conseils personnalisés !