Pharmacie de la pyramide
Déjà inscrit ? Identifiez-vous
Saisissez simplement vos identifiants :
Mot de passe oublié ?

La chicha aussi, enfume les esprits

L’Office français de Prévention du Tabagisme (OFT) et Help, la campagne européenne de lutte contre le tabagisme, dénoncent l’explosion de la consommation de chicha, aussi connue sous le nom de narguilé. Celle-ci semblerait se banaliser, y compris chez les jeunes Français.

Une enquête conduite auprès de collégiens et lycéens parisiens montre en effet que la moitié des adolescents de 16 ans en a déjà fait l’expérience. Et un jeune de 17 ans sur trois la fume régulièrement.

Pour l’OFT, « la chicha constitue un danger très méconnu ». C’est sans doute la raison pour laquelle 9 jeunes adeptes sur 10 n’envisagent pas d’arrêter. Alors qu’à l’inverse, les trois quarts des fumeurs de cigarettes le souhaitent…

Contrairement aux idées reçues, la fumée de chicha n’est pas moins dangereuse que celle de la cigarette. Comme l’explique l’OFT, « la combustion est plus douce (450°C pour la chicha contre 900°C pour la cigarette) mais moins complète ». La fumée de narguilé génère donc plus de toxiques, constituant en outre une source de tabagisme passif particulièrement intense.

De la même manière et si la dépendance semble un peu moins forte qu’avec la cigarette – le tabamel ou tabac à chicha, ne contient qu’un quart de tabac et l’eau arrête une grande partie de la nicotine- les taux de nicotine chez les fumeurs de chicha correspondent à ceux des fumeurs de quelques cigarettes.

Le Pr Bertrand Dautzenberg, Président de l’OFT, est inquiet. Au-delà « des dangers » qu’elle représente « la consommation de chicha précède souvent celle de cigarettes. Elle constitue un mode d’entrée dans le tabagisme » a-t-il constaté. A ses yeux, « la mise en place d’une campagne d’information destinée aux jeunes devient urgente ». Pour en savoir davantage sur le sujet, une brochure est téléchargeable à partir du site www.oft-asso.fr.

Le magazine santé

Page mise à jour le 26/02/2020